Back to the previous page

Quantum Glass


December 02 2009
Design

Thomas Bertin-Mourot is marketing director of St Gobain Glass Solutions and general director of Quantum Glass. Located in the former gallery of the film director and art collector Claude Berri, the label has been officially launched on November 5th in Paris, with the opening of its «glass house». An ultra efficient and communicating show room …

Quelle est la mission de Quantum Glass (QG)?
Thomas Bertin-Mourot : QG est la marque qui regroupe six technologies de verres actifs. Ce sont des verres dont les propriétés physiques changent quand on y fait passer un courant électrique faible. Ils s’éclairent, chauffent, deviennent opaques ou translucides, servent d’écrans de rétro projection ; ce sont des matériaux «communicants», évolutifs, modulables. Notre mission est d’incuber les technologies développées dans les laboratoires de St Gobain ainsi que celles développées dans les starts-up et les laboratoires universitaires qui n’ont pas les moyens de mettre leurs projets sur le marché, et que l’on peut labelliser QG si ils nous intéressent.

Avez-vous des concurrents sur le marché du verre actif?
Nous avons de grands concurrents historiques dans le verre comme Pilkington, mais St Gobain est le premier verrier à posséder l’ensemble de ces technologies.

Existe-t-il des applications dans les transports, l’automobile?
L’Electrochrome, ce verre qui se teinte, est utilisé depuis quatre ans par Ferrarri. Mais QG se destine au secteur de l’habitat dans son ensemble: le tertiaire, le résidentiel, la marine.
Nous avons réalisé l’immeuble Chanel à Tokyo et travaillons sur le Louvre d’Abou Dhabi.

Qu’est-ce qui a motivé le choix du lieu, la galerie d’art contemporain de Claude Berri?
L’esprit de cette galerie conçue par Jean Nouvel nous a séduit. C’est un écrin au centre de Paris pour mettre en valeur ces technologies verrières. Ce sera aussi un lieu d’expérience de la marque, qui accueillera des événements avec des artistes, des architectes, des jeunes écoles d’architecture et de design. Nous donnerons des cartes blanches à des designers et nous utiliserons ce lieu pour les prescripteurs qui sont nos interlocuteurs principaux. Le nom «a glass house» est un clin d’œil à la Maison de Verre de Pierre Chareau, 60 ans plus tard !

Vous communiquez peu sur l’aspect écologique de ces technologies à faible consommation, pourquoi?
Aujourd’hui on se doit d’être écologique, pour moi c’est un acquis. On a préféré mettre en avant le caractère émotionnel du verre, l’amélioration du confort et du cadre de vie qu’il procure.

Donc, vous placez l’émotion au centre de votre discours sur Quantum Glass ?
Oui, parce que ces verres ne laissent pas indifférents. Ils vivent, sont modulables et évolutifs. C’est ce qu’on attend de l’habitat de demain, qu’il s’adapte à notre mode de vie. Aujourd’hui, on veut habiter et se loger comme on s’habille, on veut pouvoir moduler les choses, les personnaliser. Ces verres actifs sont des technologies du futur avec un usage profond, pour l’aménagement de l’espace, pour la communication.

• Propos recueillis par Louise Deschamps © modemonline.com

Quantum Glass:
4, Passage Sainte-Avoye - accès au 8 rue Rambuteau 75003 Paris.
Ouverte au public les samedis et dimanche. Sur rdv pendant la semaine.
www.quantumglass.com

From top to bottom : view of "A Glass House" © Luc Boegly ; Priva-Lite / Chanel building, Tokyo-Ginza, Architect : Mr. Peter Marino Architect PLLC, Photographer : Luc Boegly ; view of Glass House ; E-Glas / igloos Hotel Kakslauttanen, Saariselkä (Finland), Architect : Risto Eräpohja, Turku, Photographer ; Juha lisakki Koivisto ;